Témoignage – L’entrainement et la grossesse

Vous le savez, chez Resilience Skill nous sommes une équipe 100% féminine. Du coup, le sujet de la maternité nous concerne, mais il vous concerne aussi messieurs !! Que vous soyez futur papa ou coach, on se rend bien compte qu’il n’y a que trop peu de littérature sur le sujet malheureusement…

 

Notre ambassadrice Lucie, owner et coach à Crossfit Caldeira a accouché de son 2e enfant il y a 3 mois. Avant, pendant et après sa grossesse elle a rencontré tous types de challenges : maintien d’une activité physique, regards des autres et jugements sur les réseaux sociaux, acceptation de son corps, adaptations des WOD et des entrainements selon sa forme et sa santé, rééducation…

Beaucoup de sujets qui restent encore tabous aujourd’hui.

Qui vous a parlé de périnée dans votre box ? Est-ce qu’on vous a déjà proposé un renfo spécifique pour ce muscle qui ne se voit pas ? Comment adapter un WOD pour une femme enceinte lorsqu’on est un coach homme ?

Nous avons discuté avec Lucie et nous souhaitons vous partager son témoignage. Nous espérons ainsi aider d’autres femmes et d’autres coaches à mieux appréhender cette période particulière dans la vie d’une femme. Puisqu’on parle de sport santé et de longévité, il nous semble que le sujet est tout trouvé !

 

Et si vous n’avez pas le temps de lire cet article et que vous souhaitez aller directement à l’essentiel, voilà le meilleur conseil de Lucie : Ne jamais s’arrêter de bouger !

Disclaimer : toutes les grossesses sont différentes, toutes les femmes sont différentes et nécessitent un suivi médical par un professionnel de santé. Cet article est le témoignage de l’histoire de Lucie et son retour d’expérience après ces deux grossesses, il ne représente en aucun cas une généralité. Ni Resilience Skill, ni Lucie ne se substituent à l’avis et au suivi d’un professionnel de santé.

Resilience Skill : Lucie, peux-tu nous parler de la façon dont tu as géré le retour à l’entrainement après ton accouchement ? Quelles ont été les étapes ?

Lucie : Franchement mon meilleur conseil, c’est de ne pas s’arrêter ! C’est pas parce qu’on est enceinte qu’il faut stopper toute activité physique. Et même avant la grossesse, quand le bébé n’en n’est qu’au stade de projet, il est essentiel que la future maman ai déjà une activité physique et une bonne hygiène de vie pour lui permettre d’être en forme et en bonne

santé. Après l’accouchement tu te retrouves avec ton bébé, le cosy et ton sac à porter, si tu n’es pas un minimum gainée et habituée au port de charge, tu ne peux pas t’en sortir !

Pour ma part j’ai constaté une grande différence entre mes deux grossesses. Lors de la première j’ai suivi tout le protocole médical, les 6 semaines d’arrêt et la rééducation du périnée puis la reprise du sport mais ça n’a pas été suffisant et j’ai dû refaire de la rééducation 1,5 ans plus tard.

Pour ma seconde grossesse j’ai beaucoup marché au ressenti et j’ai continué de m’entrainer jusqu’au bout. Mon corps était en forme pour l’épreuve de l’accouchement qui reste un traumatisme pour le corps, mais l’entrainement et l’activité physique m’ont permis de m’y préparer. Ensuite j’ai repris progressivement, j’ai la chance d’avoir un bébé en bonne santé et j’aménage mes entrainements autour de ses besoins.

 

Resilience Skill : Tu sors d’une compétition juste 3 mois après avoir accouché, on peut dire que tu t’en est bien sortie !

Lucie : Oui c’est vrai ! Chaque femme est différente et j’ai beaucoup travaillé pour bien connaitre mon corps, m’écouter et m’entrainer en pleine conscience, c’est le plus important ! Au début j’ai repris uniquement avec des exercices de respiration pour mon transverse, rien de plus. Je me suis beaucoup renseignée sur les exercices que je pourrais faire, on ne trouve que très peu d’informations et les professionnels de santé ne sont pas du tout à jour. Je suis d’ailleurs choquée qu’il n’y ai pas plus d’accompagnement des jeunes mamans par le corps médical, pendant ma grossesse j’ai l’impression qu’on ne m’a jamais parlé de prévention, on est uniquement dans le curatif, une fois que le mal est fait !

Pourtant en cherchant bien et en se documentant, j’ai réussi à trouver des exercices et une routine qui m’ont permis de me muscler en profondeur avant, pendant et après ma grossesse.

J’ai fait pas mal de story de moi à l’entrainement sur Instagram, ce qui m’a permis de renseigner beaucoup de femmes qui étaient un peu perdues faute d’accompagnement. J’ai reçu beaucoup de questions alors que je ne suis ni médecin, ni gynécologue… C’est bien la preuve qu’il y a un soucis non ?

Après, pour revenir à la compétition de ce weekend, il ne faut surtout pas généraliser mon cas ! On est toutes différentes, moi j’ai pu reprendre le squat chargé au bout de 3 semaines alors que j’ai des copines pour qui ça a mis 6 semaines. Certains mouvements qui sont faciles avant l’accouchement ne seront pas forcément faisable à la reprise et c’est OK. Chacune est différente et c’est très important de ne pas faire culpabiliser et d’être dans la comparaison.

 

Resilience Skill : Le plus dur finalement c’est physique ou psychologique ?

Lucie : C’est un mélange des deux !  Psychologiquement le chemin est long pour réapprendre à s’aimer après l’accouchement. Pendant la grossesse ça va car ton ventre porte la vie, mais une fois que l’enfant est dehors tu peux faire une croix sur ton corps et ton fitness d’avant… On manque d’accompagnement dans notre société, et c’est difficile de se plaindre et d’être entendue, pourtant la dépression post-partum n’est pas un mythe.

 

Resilience Skill : quel conseil pourrais-tu donner aux coaches, homme ou femme, pour les aider à accompagner au mieux leurs adhérentes qui sont enceintes ?

Lucie : Déjà ça serait bien que les formations intègrent qu’un homme et une femme ça ne se coache pas pareil ! Contrairement à l’homme, la femme va connaitre différentes étapes dans sa vie. On a les hormones qui rentrent en jeu, parfois certaines ont des douleurs à l’entrainement pendant leurs règles, ensuite tu as la grossesse puis même ensuite au moment de la ménopause il y a plein de choses à faire !

Et c’est d’autant plus dur que tout le monde ne va pas le vivre de la même façon. Certaines nanas ne changent absolument pas leur pratique pendant leurs règles par exemple, alors que d’autres vont éviter certains mouvements, voir ne pas s’entrainer du tout.

Le coach doit vraiment être à l’écoute et accepter d’apprendre et de se remettre en question en permanence. Surtout parce que nous sommes toutes différentes et avec des besoins différents.

 

Ensuite, il faut arrêter de considérer le périnée comme un sujet tabou ! A mon sens il faut démystifier le truc, c’est un muscle qui ne se voit pas et personne n’en parle alors que toutes les femmes s’en servent au quotidien.

Tu as besoin d’un périnée solide quand tu éternues, quand tu tousses, quand tu sautes à la corde… C’est tous les jours le périnée ! Messieurs, si vous voyez vos adhérentes courir aux toilettes après des doubles unders parlez-en. Ce n’est pas normal, ce n’est pas santé !

En tant que coach, il faut à la fois être capable de proposer des adaptations et de faire preuve d’écoute. Et puis quand vous voyez une adhérente faire des exercices de respiration ou de renforcement du périnée, encouragez-là et faites-en aussi avec elle (eh oui! C’est bénéfiques aux hommes aussi !!) plutôt que de vous moquer en appelant ça “des trucs de femme enceinte” !

 

Et un dernier mot pour les jeunes mamans, on n’a pas toutes le même bébé ! Bienveillance et patience sont de rigueur, il n’y a pas de compétition entre les mamans pour savoir qui reprendra le plus vite, l’important c’est d’être en bonne santé pour votre famille qui a besoin de vous.

 

Nous remercions chaudement Lucie pour ce retour d’expérience et ce long témoignage.

Retrouvez-là sur ses réseaux Instagram perso @lulu_voltatrain / Instagram de la box @crossfitcaldeira

 

Portrait – Anne-Laure Coutenceau

Une nouvelle ambassadrice rejoint l'équipe Resilience Skill !

Nous souhaitons la bienvenue à Anne-Laure qui nous fait le plaisir de rejoindre la team ! Vous avez forcément déjà entendu parler de la tornade rousse qui s’impose depuis plusieurs années sur la scène internationale du Crossfit®.

Anne-Laure c’est : 2 participations aux Crossfit Games® et 2 podiums, une 1ère place aux Open région Europe en 2022, plusieurs compétitions prestigieuses en France sans aucune adaptation demandée aux organisateurs, 2 participations aux Wodapalooza à Miami, des heures et des heures d’entrainement… Vous l’aurez compris, c’est une bosseuse investie et résiliente, aussi bien dans sa vie personnelle et professionnelle puisqu’elle a des projets plein la tête.

On lui a demandé de se présenter pour que vous puissiez en apprendre plus sur son parcours et ses objectifs, voici donc son interview :

 

 

Portrait d’Anne-Laure

Qui es-tu ?

Je suis une personne passionnée. Je m’engage toujours à 100% dans ce que j’entreprends. J’aime être entourée dans le perso comme dans le monde professionnel.

Comment as-tu démarré le Crossfit®?

J’ai commencé le Crossfit® en Août 2016 grâce à une amie. Mon premier WOD c’était Karen… Je n’ai pas marché pendant 3 jours après !

Aujourd’hui, quelle place prend le sport dans ta vie ?

Très importante ! Le sport fait partie de mon équilibre.

Raconte-nous tes échecs, blessures, qui t’ont marqué :

J’ai eu un arrachement osseux et une entorse à la cheville droite lors d’une épreuve aux Wodapalooza en 2019. Ça a été très dur pour moi mais j’ai appris beaucoup.

Quelles leçons en as-tu tiré pour la suite ?

Elle m’a appris la patience et à prendre en compte les messages que mon corps m’envoie.

Pourquoi rejoindre Resilience Skill en tant qu’ambassadrice ?

Les valeurs de la marque et celles de Jennifer sont identiques aux miennes. Il était important pour moi de les mettre en avant.

Quels sont tes projets ?

J’ouvre une box avec deux amis, Crossfit® Valkyrie, et je souhaite me réoriente professionnellement.

Ta citation préférée : “La vie nous donne toujours une autre chance, elle s’appelle demain”

Ton meilleur souvenir sportif : ma victoire lors de la dernière épreuve des Crossfit Games® en 2021

Tes loisirs en dehors du sport : Voyager

Ton portrait chinois : 

  • Si tu étais une couleur : bleu
  • Un animal : un renard
  • Un plat : un dhal
  • Une boisson : de l’eau
  • Un sport : le judo
  • Un mouvement de Crossfit® : le snatch
  • Un sportif de haut niveau : Sarah Davies
  • Un vêtement : une chaussette
  • Un mot : Courage

 

Pour suivre Anne-Laure sur les réseaux, vous pouvez vous abonner à son Instagram et suivre le compte de sa future box Crossfit® Valkyrie !

Portrait – Maxime Pichot

Dans la team des ambassadeurs Resilience Skill, je demande Maxime !

Coach en Normandie à Crossfit® Reyad Saint-Lô et Granville, Maxime nous impressionne par ses performances sportives, notamment en gymnastique et en haltérophilie. En dehors de ses coachings et du temps consacré à ses entraînements, Maxime affectionne les balades en famille et avec ses amis, les jeux vidéos, les manga et a pêche.

Nous lui avons posé quelque questions pour que vous fassiez connaissance avec notre athlète :

 

Qui es-tu ?

Je suis un mec qui aime la simplicité dans la vie comme à l’entrainement. Extrêmement exigeant avec moi-même, j’essaye toujours de faire de mon mieux et d’offrir le meilleur à mon entourage.

Quand et comment as-tu démarré le Crossfit® ?

J’ai démarré le CrossFit fin 2014 à CrossFit® Caen, ça a toujours été le sport que je voulais faire et enseigner. J’ai commencé dans une box affiliée à la sortie de mon BP JEPS.

Aujourd’hui, quelle place prend le sport dans ta vie ?

Une place très importante, c’est ma passion, mon travail et mon quotidien et une grande source de plaisir pour moi.

 Raconte-nous tes échecs, ou une blessure sportive qui t’as marqué ?

Des échecs il y en pleins mais c’est grâce à eux qu’on avance et qu’on se construit.

Une seule grosse blessure sportive à l’épaule avec une opération et réparation du Labrum en 2021. Les épaules fragilisées par mon passé sportif (et non le Crossfit®) en plus d’une hyper laxité…

De cette blessure ou échec, quelle leçon en as-tu tiré pour la suite ? Que t’a apporté cette expérience ? 

La blessure et/ou l’opération n’est pas une fin dans la carrière d’un sportif, c’est l’occasion idéale pour apprendre à reconstruire des bases solides pour revenir encore meilleur qu’auparavant 

Pourquoi as-tu accepté de rejoindre Resilience Skill en tant qu’ambassadeur ?

Je partage les valeurs de la marque et j’apprécie énormément la créatrice. Je trouve le design des vêtements très stylé et je me sens super bien dedans au quotidien quand je coach ou m’entraine. Je suis très fier de pouvoir représenter Resilience Skill.

Quels sont tes futurs projets ou envies ?

Continuer de développer notre sport Le CrossFit® dans la Manche, partager au maximum avec la communauté et donner un maximum à mes adhérents pour faire d’eux la meilleure version souhaitée.

Coté sport, repartir en compétition en équipe et en individuel pour me mettre à l’épreuve et évoluer encore et encore avec les copains !

 

Son portrait Chinois 🐉

Si tu étais…

  • Une couleur : le rouge
  • Un animal : Un caribou 😃 je suis fan de cet animal !! plus sérieusement
  • Un plat : duuuur !! les sandwichs 🥪 Subway c’est un plat ???
  • Une boisson : le rhum 😃
  • Un sport : le Crossfit® bien sur !! allez pour faire plus original le Volley ball
  • Un mouvement de CrossFit® : Le heavy DB Squat snatch (mon mouvement préféré)
  • Un sportif de haut niveau : Samir Ait Said
  • Un vêtement : Un jogging (je passe ma vie en jogging même à l’entrainement)
  • Un mot : Potentiellement (il paraît que je le répète 10 fois à tout mes cours) 🧐

Peux-tu nous raconter ton meilleur souvenir sportif ?

Ma première compétition CrossFit® : Sicily Throwdown

Une citation que tu aimes ?

“Tourne-toi vers le soleil et l’ombre sera derrière toi”

 

On espère que ce petit portrait vous aura permis d’en apprendre plus sur notre équipe.

Vous pouvez retrouver Maxime sur ses réseaux Instagram @Maxime_pichot ou Facebook !

Le Podcast de Jennifer, la fondatrice de Resilience Skill – Par Training Thérapie

“Si vous souhaitez en savoir un peu plus sur l’histoire de Resilience Skill et si vous avez un peu de temps à tuer je vous invite à écouter ce podcast.

J’ai eu l’immense honneur de faire partie des superbes podcasts de Thomas de Training Thérapie. C’est un exercice difficile, je n’ai pas l’habitude de parler de moi et ce n’est pas ce que j’aime faire en particulier, mais Thomas a su me mettre à l’aise.

Training Thérapie, c’est deux supers mecs, Thomas et Simon, kinésithérapeutes et préparateurs sportif, ils révolutionnent leur métier et je sais de quoi je parle. J’ai eu à faire à de très mauvais kinés et ensuite j’ai eu la chance de les découvrir sur les réseaux pour soigner une sale blessure au dos qui trainait depuis très longtemps.

Dans ce podcast nous parlons essentiellement de mon parcours professionnel, ma vie d’entrepreneur et de cheffe d’entreprise, j’espère que ça pourra t’inspirer, toi qui doutes à te lancer, toi qui ne te sens pas capable d’y arriver seul(e), toi qui traverses une mauvaise période pleine de remise en question.

Bonne écoute !”

 

Portrait – Audrey Sermadiras Sormani-Dasse

Aujourd’hui nous vous emmenons à la rencontre (virtuelle 😉 ) de notre pétillante ambassadrice Audrey qui habite du côté de Limoges

Qui es-tu ? Décris-toi en quelques mots :

Je m’appelle Audrey, j’ai 26 ans, je suis de taille normale, j’ai les yeux verts et je suis blonde au cheveux raides. Ah oui et j’oublié je suis aussi marrante et sympa 😉

Quand et comment as-tu démarré le CrossFit® ? 

J’ai commencé le Crossfit en 2016 à la suite d’un concours proposé par ma box pour gagner deux mois de préparation physique. Je me suis dit que c’était cool pour moi (à l’époque je faisais de l’athlétisme) et puis les jours et les mois ont passé et finalement je n’ai jamais arrêté. 

Aujourd’hui, quelle place prend le sport dans ta vie ? 

Beaucoup ! Je pense et je vis sport même si un Rest Day fait aussi du bien. 

Pourquoi as-tu accepté de rejoindre Resilience Skill en tant qu’ambassadeur ? 

Hormis le fait que les vêtements sont vraiment tops, j’aime les idées que la marque dégage et le mot résilience me convient bien. 

Quels sont tes futurs projets ou envies ?

Aimer et prendre du plaisir en faisant du sport. J’aimerais pourquoi pas essayer le powerlifting ou les compétitions d’haltérophilie en parallèle du Crossfit. 

Nous lui avons proposé de faire un portrait chinois, qui n’est pas un exercice facile ! 🤓

Si tu étais…

  • Une couleurs : Rose!
  • Un plat : les lasagnes
  • Une boisson : du thé glacé
  • Un animal : le loup
  • Un sport : le Crossfit®
  • Un mouvement au Crossfit® : le clean
  • Un sportif de haut niveau : Renaud Lavillenie
  • Un vêtement : une brassière
  • Un mot : amour

Peux-tu nous raconter ton meilleur souvenir sportif ?

C’était quand je faisais du saut à la perche, mon premier saut à 3m 😱 

Une citation que tu aimes ?

“Je déteste plus perdre que j’aime gagner”

 

On espère que vous avez apprécié ce portrait d’ambassadeur et qu’il vous a permis d’en apprendre plus sur notre équipe de choc ! Pour suivre Audrey sur ses réseaux, cliquez ici ☀️

Merci à Quentin Delannoy pour la jolie photo de couverture !

 

Julien DEVILLE – Préparateur Mental

Vous l’avez sans doute aperçu lors du Training Camp réunissant les ambassadeurs Resilience Skill en Avril dernier.

Julien Deville est préparateur mental 🧠 , spécialisé dans l’accompagnement de sportifs et dirigeants d’entreprises dans la recherche de la performance.

Il a partagé ses connaissances avec nos athlètes et beaucoup en sont ressortis grandis, emportant avec eux des stratégies et des routines à mettre en place dans leurs WODs ou à l’abord d’évènements ciblant leurs faiblesses, tel que la natation en eaux libres 🌊.

Nous avons souhaité mettre en valeur son métier car la préparation mentale est encore assez peu utilisée dans le monde du Crossfit®, que ce soit à l’entrainement ou en situation de compétition. Julien vous en dit plus sur cette discipline en vidéo !

🌐 Pour le suivre sur ses réseaux :

(clique sur l’image pour accéder à la vidéo interview)